Aller au contenu

Nouvelles

« Mon idée pour le français à l’UdeM »

Catherine Couturier
udemnouvelles

Mon idée pour le français à l'UdeM« Le chant, le dessin, la parole ou l’écriture, tous les moyens sont bons. Et vous, quelle serait votre idée pour soutenir le français à l’Université de Montréal? Le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie (BVLFF) invite l’ensemble de la communauté universitaire ‒ étudiants, professeurs, employés et diplômés ‒ à formuler ses suggestions sur la plateforme Mon idée pour le français à l’UdeM. La consultation participative s’étend aussi aux Montréalais comme aux francophones et francophiles du Québec, du Canada et d’ailleurs qui croient au rôle d’une université pour promouvoir le français. »

[…]

«“Une des premières missions du BVLFF est de valoriser la langue française à l’Université dans un contexte de diversité linguistique”, explique la directrice du Bureau et vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie, Monique Cormier. Elle ajoute: “Son but n’est pas de se camper dans une position défensive, mais de faire surgir toute la vitalité de la langue française à l’Université. Ainsi, cette consultation, qui fait appel non pas au sondage mais à la participation, veut permettre à ceux et celles qui s’intéressent au sort du français de prendre part à son épanouissement tout en s’amusant.” Certaines des idées proposées pourraient ensuite être retenues par le Bureau pour concevoir des projets de valorisation. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles.

Aller sur le site de la consultation « Mon idée pour le français à l’UdeM ».

« Délie ta langue! » : un concours d’éloquence sur les expressions françaises

udemnouvelles

« D’où viennent les expressions comme “donner sa langue au chat” ou “remettre les pendules à l’heure”? En quoi ce type d’expression est-il lié à un enjeu social ou s’applique-t-il à la société d’aujourd’hui? »

« Voilà le défi que le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie (BVLFF) lance aux étudiants du premier cycle de l’Université de Montréal avec le tout premier concours d’éloquence Délie ta langue! »

« Ce concours promeut l’usage de la langue française dans sa diversité, de façon positive, originale et dynamique, par le développement des compétences en art oratoire et la maîtrise de la prise de parole en public. »

« L’organisation et la tenue du concours sont rendues possibles grâce notamment à la contribution financière de l’Office québécois de la langue française dans le cadre de son programme Le français, au cœur de nos ambitions! »

« “Le concours vise à permettre à des étudiants du premier cycle de se préparer à prendre la parole sur le marché du travail, indique Monique Cormier, vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie de l’UdeM. D’importants prix, dont la nature sera dévoilée ultérieurement, seront remis aux gagnants.” »

Lire l’article complet sur udemnouvelles.

Aller sur le site du concours.

« Décès de Jean-Claude Boulanger, ardent défenseur du français québécois »

Jean-François Nadeau
Le Devoir

Jean-Claude Boulanger
(Photo : Université Laval)

« Son travail a permis de légitimer certains usages de la langue au Québec. Le linguiste émérite Jean-Claude Boulanger, à qui l’on doit notamment Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, est décédé à la suite d’un accident le 19 janvier. Il avait 71 ans. Pour lui, les Québécois n’avaient pas à rougir de leur langue. »

« “Pour le Québec, c’est une figure marquante, cela est certain”, dit la linguiste Hélène Cajolet-Laganière. Après avoir travaillé à l’Office québécois de la langue française (OQLF), il avait enseigné dans plusieurs universités, au Québec comme à l’étranger. Ses recherches portaient sur l’histoire des dictionnaires et de la lexicographie, sur la norme et la variation du français, sur la formation des mots et sur la dynamique des rapports entre les noms communs et les noms propres. “Il a travaillé dans l’ombre presque toute sa vie, mais il fut un pionnier dans ces domaines”, croit Hélène Cajolet-Laganière, en soulignant que son apport pour le Québec est majeur. »

Lire l’article complet sur le site du journal Le Devoir.

Consulter la liste des publications de Jean-Claude Boulanger.

« Monique Cormier nommée directrice intérimaire à la Direction des affaires internationales »

udemnouvelles

« Professeure au Département de linguistique et de traduction et vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie, Monique Cormier assure depuis la mi-juillet l’intérim à la Direction des affaires internationales. »

« Titulaire d’un doctorat de l’Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3, la professeure Cormier a mené des recherches en terminologie et en métalexicographie, notamment sur les filiations des dictionnaires européens. Ses travaux ont été largement reconnus, notamment par la Société royale du Canada dont elle est membre ainsi que par l’Ordre national du Québec et l’Ordre des Palmes académiques de France, dont elle est chevalière. En 2011, elle a été la première femme à recevoir le Prix d’excellence académique de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« Ces personnalités de l’UdeM qui font rayonner la langue française »

udemnouvelles

« Il y a tout juste 40 ans, le 26 août 1977, la Charte de la langue française, communément appelée “loi 101”, était adoptée. Cette loi a fait du français la langue de l’État et la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires. »

« Afin de célébrer le 40e anniversaire de cette pièce maîtresse de la politique linguistique du Québec, le ministère de la Culture et des Communications a décidé d’honorer 40 personnalités québécoises pour leur apport au rayonnement de la langue française dans la province et à l’étranger. »

« Parmi elles figurent François-Albert Angers, Michel Bergeron, Jean-Claude Corbeil, Monique Cormier, Pierre Demers et Robert Dubuc, dont la vie est ou a été liée à l’Université de Montréal. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« L’Observatoire de la Francophonie économique est lancé! »

udemnouvelles

Logo AUF« Mieux connaître l’espace économique francophone. Voilà la raison d’être du nouvel Observatoire de la Francophonie économique, lancé au cours d’une table ronde organisée ce matin à l’occasion de la 23e Conférence de Montréal en présence notamment du sous-ministre adjoint au commerce extérieur et Export Québec du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Jean Séguin; de l’administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Adama Ouane; du recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), Jean-Paul de Gaudemar; de la chancelière de l’Université de Montréal, Louise Roy; et du recteur de l’UdeM, Guy Breton. »

« Ce nouvel observatoire, créé par l’Université de Montréal en partenariat avec le gouvernement du Québec, l’AUF et l’OIF, sera dirigé par Marcel Boyer, professeur émérite du Département de sciences économiques de l’UdeM. »

« Le projet a été mené par le Vice-rectorat aux affaires internationales et à la Francophonie de l’Université. “Ce projet témoigne d’une vision ambitieuse de la Francophonie et permet à l’Université de Montréal d’affirmer son appartenance au monde francophone”, a mentionné Monique Cormier, vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie, et instigatrice du projet. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« Monique Cormier est élue au conseil d’administration de l’AUF »

udemnouvelles

« La 17e Assemblée générale des institutions membres de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) s’est tenue à Marrakech (Maroc) du 10 au 12 mai, en présence de 678 universitaires venus du monde entier. Elle s’est achevée par le renouvellement de ses conseils d’administration et associatif, et par la nomination de son nouveau président. »

« Monique Cormier, vice-rectrice associée à la langue française et à la Francophonie à l’Université de Montréal, a ainsi été élue au conseil d’administration de l’Agence pour un mandat de quatre ans. Ce conseil réunit à la fois des représentants universitaires, au nombre de 16, et des représentants des États et des gouvernements. Mme Cormier occupera l’un des deux sièges réservés aux Amériques. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« L’UdeM, partenaire de l’Organisation internationale de la Francophonie »

Marilou Gagnon
udemnouvelles

« Le 24 février dernier, l’Université de Montréal accueillait pour la première fois un bénévole du programme de volontariat international de la Francophonie de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Ainsi, l’Ivoirien Didier Kouakou passera la prochaine année à titre de chargé de communication Web et nouveaux médias au Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie. »

[…]

« Monique Cormier, vice-rectrice associée aux affaires internationales et à la Francophonie, explique ce que représente pour l’UdeM cette première participation comme structure d’accueil du programme de volontariat. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« La contribution des universités à l’économie en voie de passer à un stade supérieur »

Martin Lasalle
udemnouvelles

Logo AUF« Les universités francophones constituent déjà un moteur économique et, pour élargir leur contribution à l’économie, elles doivent intégrer davantage une culture de la complémentarité avec leurs partenaires gouvernementaux et des milieux des affaires. »

« C’est là l’essence des échanges survenus au cours de l’atelier d’ouverture du colloque annuel de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), qui s’est déroulé pour la première fois à l’Université de Montréal les 18 et 19 octobre derniers. »

Lire l’article complet sur udemnouvelles

« Créer une culture de complémentarité »

Hélène Roulot-Ganzmann
Le Devoir

« L’université doit-elle rester un laboratoire isolé de connaissances et de recherche universitaire ou faut-il aujourd’hui qu’elle s’insère dans la société pour devenir l’un des piliers du développement économique ? Il n’y a pas de contradiction à embrasser ces deux missions, répondent Monique Cormier et Jean-Louis Roy, qui participeront tous deux à une table ronde sur le sujet. »

Consulter l’article dans Le Devoir.